S' "Initier" au Musée Dapper

Mercredi 6 novembre 2013, Femmes au-delà des Mers (FAM) a proposé à ses adhérents, partenaires et financeurs une rencontre autour de l’exposition « Initiés » au Musée Dapper. Cette visite a rassemblé une trentaine de personnes ce qui a permis échanges, débats et découverte !

dapper-publicLa présidente de l’association, Gisèle BOURQUIN, a ouvert ce temps convivial par un point sur l’évolution de l’association, qui depuis février 2013 est d’intérêt général. Le projet Portrait de Femmes se poursuit, Patrimoine Unique et Privé est concrétisé, un premier fonds ayant été réalisé, sa valorisation est en cours. La recherche d’un local s’intensifie et la refonte du site internet est en cours. L’ association n’a de sens que si les adhérents sont nombreux et actifs, elle a invité les sympathisants à concrétiser leur intérêt en prenant une part active dans la gouvernance des différentes instances de l’administration, pôles de réflexion, de rédaction etc. devant être étoffés.

 Elle en a profité pour rappeler les relations privilégiées que FAM entretient avec le Musée. Dans ce haut lieu de partage des connaissances, elle a réitéré la volonté de FAM d’accompagner nos visiteurs au fil d’une transmission artistique et culturelle grâce à la présentation de Bonnie GABIN, attaché culturel du Musée.

LE MUSEE DAPPERinitiés-musée-dapper

Femmes au-delà des Mers partage très intimement l’approche du Musée Dapper qui consiste à préserver, faire connaître et encourager le développement du patrimoine artistique en croisant à la fois art contemporain et art ancestral. Leurs expositions participent à un mouvement de rapprochement et de rencontres entre les cultures en interrogeant notre rapport contemporain au symbolique, à l’histoire partagée, à l’universel.

INITIES : bassin du Congo
hamoual-romouzé
Miss Dakar, 2011
Plastique et fibres
H. : 50 cm
Courtesy André Magnin
(MAGNIN -A), Paris
Photo de Florian Kleinefenn
© Romuald Hazoumè – ADAGP, 2013.ROMUALD HAZOUMÈ

La visite a débutée par une espace consacré à l’artiste béninois Romuald Hazoumè, marqué par son vécu d’initié. Ses œuvres, réalisées principalement à partir de bidons d’essence, d’objets de récupération, fers, plumes, plastiques…jouent sur la provocation et la dérision. « Elles constituent les outils d’une critique acerbe de l’Occident et interrogent le devenir des sociétés du continent africain. » Quelle transmission encore possible dans un monde où se bousculent modernité et traditions ?

  La rétrospective a mis en exergue des thèmes chers à l’association : les rituels initiatiques apparaissent comme le support d’une intense créativité en termes de patrimoine matériel et immatériel. Les statuettes, masques, objets témoignent de ce passage symbolique.

« En Afrique subsaharienne, être initié signifie tout d’abord que l’on a suivi, sur une longue période et dans des conditions éprouvantes, un enseignement spécifique réservé à une catégorie d’individus. Aujourd’hui, les rites initiatiques, lorsqu’ils n’ont pas disparu, voient leur sens et leur contenu évoluer en fonction du monde moderne », ce qu’a parfaitement su souligner notre guide.

 

 

Extraits : Dossier de presse du Musée Dapper

Synthèse : Gally Vanessa

 Novembre 2013

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*