Flora Devatine, la poésie polynésienne à la rencontre de son public

Gisèle Bourquin, Caroline Tang et Flora Devatine

Gisèle Bourquin, Caroline Tang et Flora Devatine

Flora Aurima Devatine, figure majeure de la littérature polynésienne, a dédicacé son dernier recueil Au vent de la piroguière le 30 mars dernier à la Délégation de la Polynésie française. Une soirée organisée par Femmes au-delà des mers.

L’événement a eu lieu en présence de Caroline Tang, Déléguée de la Polynésie française, Gisèle Bourquin, présidente de femmes au-delà des mers et Bruno Doucey, l’éditeur de Flora Aurima Devatine qui a raconté sa rencontre avec la poésie de l’auteur, exprimant la confluence de leur vision poétique.

Le recueil de l’auteur, présenté au Salon Livre de Paris 2017, a été expliqué au public par Estelle Castro-Koshy, spécialiste de la littérature australienne et polynésienne. La chercheuse a abordé aussi d’autres aspects du travail de Flora Aurima Devatine, mettant en lumière la femme poète, la richesse de son œuvre, l’apport de sa réflexion dans tous les domaines : poésie, culture, langue, oralité, philosophie, politique, éducation…

Flora Aurima Devatine a ensuite lu un extrait de l’un de ses poèmes sur la femme polynésienne qui réhabilite la Vahine, victime du mythe occidental. Elle s’est aussi exprimée sur les lieux de son enfance, sur ses écrits, sa poésie.

Émotions et échanges avec le public

Caroline Tang et Flora DevatineTrès émue par cette soirée et les éloges successifs que lui ont adressés les invités et les intervenants, Flora Aurima Devatine, a exprimé ses remerciements, notamment à Gisèle Bourquin pour l’organisation de la soirée. Elle a souhaité rendre hommage à son éditeur dont elle a loué le travail pour la promotion de son recueil qui lui a notamment ouvert les portes de plusieurs radios et télévisions francophones.
La diffusion d’une interview vidéo de l’auteur réalisée par Nisma Berkouche pour Femmes au-delà des mers et intitulée Sur la route des mots a été un des moments forts de la soirée. Il a suscité un vif intérêt auprès du public et donné lieu à de nombreux échanges sur la poésie, sur la langue tahitienne, sur l’écriture, sur la transcription, sur les langues à tons comme la langue chinoise, sur les Maoris…

Pour terminer en beauté la soirée, Flora Aurima Devatine a accepté de bonne grâce de réaliser une performance sur le battage du Tapa avant de se prêter à une séance de dédicaces.

Ailleurs sur le web : Flora Aurima-Devatine, 5 Questions pour Île en île